Napoléon Ier, Empereur des Français, connu surtout pour ses faits militaires. Mais si nous pensons souvent à Austerlitz ou Waterloo lorsqu’on évoque l’Empereur, on oubli aussi souvent toutes les réformes qu’il a pu mettre en place à son époque et qui sont encore en place aujourd’hui ; ces bases de notre société moderne que nous n’avons pas changées depuis près de 200 ans.

Une liste non exhaustive de ses réformes méconnues comprendra, le baccalauréat, le code civil, la légion d’honneur, le mariage, etc…

Ainsi, Napoléon n’est pas seulement un fin stratège et un grand tacticien, c’est aussi un réformiste profond qui a souhaité moderniser la France et la faire évoluer selon des idées très précises. Pour envisager Napoléon, il faut donc penser sa politique extérieur bien sûr, mais il ne faut pas oublier sa politique intérieure. En effet, Napoléon, entre deux coalitions a pris le temps de repenser la société et de chercher de nouveaux moyens d’appliquer plus encore les fondements de la Révolution.

Les réformes du Consulat

Le 30 ventôse an XII (le 21 mars 1804) Bonaparte publie le code civil. Ce code encore en rigueur aujourd’hui contient toujours des articles pensés par l’Empereur. Ainsi, sur les 2281 articles d’origine, près de 1120 sont encore ceux écrit par Napoléon.

Code civil anciennement appelé Code Napoléon
Code civil, anciennement appelé Code Napoléon

Bonaparte réforme ; réinstaure le baccalauréat, dans une forme proche de celle que nous connaissons aujourd’hui. Il ne réforme d’ailleurs pas que le baccalauréat puisqu’il revient sur les réformes de la Révolution en instaurant la licence et le doctorat. Le système de « filières » dans le bac mis en place par Bonaparte est la base du baccalauréat d’aujourd’hui. Petite anecdote, la première session de baccalauréat, en 1808 n’a compté que 31 bacheliers.

Bonaparte met également en place une institution qui est restée inchangée depuis le 19 mai 1802, date de sa création. C’est l’Ordre national de la Légion d’honneur. Il souhaitait une distinction pour récompenser civils et militaires qui avaient un comportement exceptionnel pour la nation.

La création de la Légion d’honneur sera suivie en 1805 par la fondation de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur. Ce collège/lycée, réservé aux filles dont les parents, grands-parents ou arrière-grands-parents ont obtenu la légion d’honneur est encore en fonctionnement.

Parmi les nombreuses réformes que nous pouvons attribuer à Bonaparte, il y a celle des départements. Réforme et pas création car ceux-ci existaient déjà sous une certaine forme dans l’ancien régime et sous une forme plus proche de la nôtre sous la Révolution. Mais Bonaparte va créer les rôles de préfets, les conseils généraux ainsi que les conseils de préfecture par décret en 1800 (17 février 1800). Les conseils généraux étant les ancêtres de nos actuel conseil départementaux et les conseils de préfecture, la forme originelle de nos actuels tribunaux administratif. Le préfet, à l’époque comme aujourd’hui était chargé de l’administration d’un département. Ces préfets étaient nommés par le premier consul, c’est-à-dire Bonaparte lui-même.

Préfet en 1804
Préfet en 1804

L’école spéciale militaire de Saint-Cyr ; créer en 1802, elle devient ensuite « L’école spéciale impériale militaire » lorsque Napoléon devient Empereur des Français par proclamation du Sénat. Son but inchangé depuis sa création est resté celui de former les cadres supérieurs de l’armée.

“Napoléon, avec son esprit militaire, voulait tout ordonner, tout ordonnancé. Il va étoffer l’éclairage urbain, organisé le ramassage des ordures, et surtout créer une chose tout à fait nouvelle : la numérotation des rues”, disait Franck Ferrand, historien, lors d’une interview à un journal. En effet, Napoléon avait aussi le sens pratique des choses. Avec les guerres dans lesquelles la France a combattu, l’armée qu’il fallait entretenir, les dépenses de l’Etat, l’impôt était une source de revenu importante. Ainsi, numéroter les rues rendait la tâche plus simple pour prélever l’impôt.

L’héritage culturelle

Nous avons parlé d’une partie de ce que Napoléon a mis en place en France et dont nous héritions encore aujourd’hui, mais plus que les réformes, Napoléon est entré dans la culture, et de nombreuses références à l’Empereur existe dans le monde de l’Art. Ainsi de nombreux films et chansons on vu le jour. Nous pouvons citer pour exemple la comédie musicale de Serge Lama sur Napoléon. Les très nombreuses associations de reconstitution historique. Sans oublier qu’en moyenne un livre sur Napoléon est publié chaque jour. Tous ces éléments sont la preuve qu’il a laissé une trace indélébile dans l’histoire et la culture française.

Comédie musicale de Serge Lama sur Napoléon
Comédie musicale de Serge Lama sur Napoléon

Aujourd’hui, nous connaissons de nombreux monuments, mais nous ne savons pas exactement ce pour quoi ils ont été érigé. En voici deux exemples ; La colonne Vendôme et l’arc de triomphe. Ces deux monuments ont été érigés par Napoléon en l’honneur de ses soldats et de ses victoires.

La colonne Vendôme, bâtie en 1810 pour commémorer la campagne d’Allemagne et la victoire d’Austerlitz de 1805. C’est une colonne de pierre, recouvert de bronze. Ce bronze provenait des canons autrichiens et russes prient à Austerlitz. La vie de cette colonne n’aura pas été de tout repos puisqu’elle aura été détruite en 1871 puis reconstruite en 1873, et que la statue présente à son sommet aura changé à trois reprises. La première, placée en 1810 puis enlevée en 1814. La seconde montée en 1833 sous le règne de Louis Philipe et qui est aujourd’hui visible aux Invalides. Enfin, la dernière statue, qui domine encore la place Vendôme aujourd’hui est celle commandée par Napoléon III et qui est une copie de celle de 1810. Placée en 1863, elle fut mise à l’abri en 1870 pendant la Commune de Paris avant que la colonne ne soit abattue.

La colonne Vendôme aujourd'hui
La colonne Vendôme aujourd’hui

L’arc de Triomphe fut également commandé par l’Empereur afin de commémoré la bataille d’Austerlitz. C’est en 1806 que Napoléon 1er ordonne sa construction (qui ne se terminera que sous le règne de Louis Philipe, 30 ans plus tard). Symbole de la victoire d’Austerlitz au départ, symbole du souvenir des morts de la première guerre mondiale par la suite, l’arc de Triomphe compte parmi les plus forts symboles légués par Napoléon à notre histoire.

Napoléon, indissociable de l’Histoire de France

Ainsi, Napoléon Bonaparte déclarai lui-même : « Ma vraie gloire n’est pas d’avoir gagné 40 batailles. Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n’effacera, ce qui vivra éternellement, c’est mon Code civil. » C’est par ses réformes qu’il pensait rester célèbre. C’est par le rôle complexe qu’il aura joué dans l’histoire de France qu’il en sera rester un des personnages les plus importants. C’est par ces accomplissement concret que l’Empereur comptait marquer les esprits. Et pas forcément par ses faits de guerre.

Si Napoléon est très controversé aujourd’hui, il est indéniable qu’il a marqué notre histoire et que son ombre plane encore au-dessus de notre culture ; par ses monuments, ses réformes, et il faut l’admettre, pour le dirigeant qu’il a été.

J‘espère que cet article a été intéressant. Si tu es un grand passionné de Napoléon comme moi, alors je t’offre volontiers cette formation gratuite sur le siège de Toulon.