Bonjour à tous, j‘espère que cet article vous plaira. Si tu es un grand passionné de Napoléon comme moi, alors je t’offre volontiers cette formation gratuite sur le siège de Toulon.

Saurez-vous reconnaître de quel personnage il s’agit ?

Je suis né à Nancy le 15 novembre 1773. Les études ne me plaise pas du tout et je rêve de devenir soldat. En 1791 je m’engage en tant que volontaire dans l’armée à même pas 18 ans. Je combat avec patriotisme sur le front du Rhin en 1792. En mai 1793, je suis déjà capitaine et je suis affecté à l’armée de l’Ouest pour combattre en Vendée et en Bretagne. La-bas j’exécute les ordres et participes à la répression du pays.

Pendant ces terribles années, la vie me fera rencontrer ma future femme qui me donnera trois merveilleux enfants. Je l’épouse le 15 novembre 1797 de retour à Paris. J’ai, en effet été affecté à Paris comme rapporteur au conseil de guerre de la 17ème division. Pendant 3 ans ma carrière pourtant fulgurante cesse d’évoluer. Mais en 1800, je rentre dans l’état-major de Moreau. Je me distingue à la bataille de Mosskirch où je suis promu chef de bataillon. Dans les années 1800 à 1802, je suis en garnison à Besançon au 20ème régiment d’infanterie de ligne. C’est là le 26 février 1802 que naît mon troisième fils, Victor.

À l’occasion de la signature du traité de Lunéville, j’ai pu faire la connaissance de Joseph Bonaparte. Je suis ensuite muté à Marseille puis à Bastia jusqu’en septembre 1805. Je suis, en effet affecté au 8ème corps du maréchal Masséna en Italie pour me battre contre les troupes de l’Archiduque Charles. Puis je fais partie des troupes donné à Joseph Bonaparte pour conquérir le royaume de Naples.

Le 14 février 1806, nous faisons notre entré à Naples avec le nouveau roi. Je décide de passer au service de Naples le 28 septembre pour accélérer ma carrière. Le pays était infestés de brigands commandé par Fra Diavolo. Je passe alors mon temps à le traquer en prennant soin de dissoudre ses bandes les uns après les autres. Je m’empare finalement de Fra Diavolo fin 1806. En récompense de mes bons et loyaux service, le roi Joseph me nomme colonel le 28 février 1808, maréchal du palais et chef militaire de la province d’Avellino.

En juillet de la même année, Joseph Bonaparte, désormais roi d’Espagne, fait appel à moi qui le rejoint en août. En décembre, je suis nommé chef de corps du régiment Royal Etranger et un an plus tard je devient général de brigade. A la tête de mon régiment, je parviens durant la guerre d’Espagne à soumettre les régions dans lesquels je suis engagé. Le 1er octobre 1811, je deviens chef d’état-major du gouvernement de Madrid et le 24 juin 1813, premier aide de camp de Joseph Bonaparte. Je le sauve lui et sa famille lors de la bataille de Vitoria. En 1814, lors de la campagne de France, je reçois la charge de défendre Thionville. Je vais résister quatre-vingt-dix-huit jours aux coalisés.

Pendant les Cent-jours, je suis a nouveau envoyé à, je ne capitulerai qu’après le retour du roi. Mis à la retraite par l’ordonnance de 1824, je me retire à Blois. C’est le 29 janvier 1828, à l’âge de 54 ans, que je meurt.

Le Général Léopold Hugo avec deux de ses frères et son fils Abel

Le Général Léopold Hugo avec deux de ses frères et son fils Abel

Mon nom était Joseph Léopold Sigisbert Hugo.