Bonjour à tous, j‘espère que cet article vous plaira. Si tu es un grand passionné de Napoléon comme moi, alors je t’offre volontiers cette formation gratuite sur le siège de Toulon 

Je suis né en 1771, dans une famille de la petite bourgeoisie, je fais des études de droit à Dijon. En 1791, je m’engage dans l’armée mais je suis grièvement blessé d’un coup de sabre à la tête au combat de La Glisuelle.

Puis rétablie je devient rapidement sergent et participe au siège de Toulon en 1793. J’y rencontre le lieutenant Bonaparte et devient son secrétaire. Lors de la campagne d’Italie, quelques années plus tard, je me distingue par ma bravoure : je suis récompensé en étant chargé de porter au Directoire les drapeaux de l’ennemi et suis promu au rang de colonel. Je suis une fois de plus grièvement blessé à la bataille de Lonato.

En 1798, je suis Bonaparte lors de la campagne d’Égypte et je suis promu général de brigade. Blessé dans un duel, je suis rapatrié en France mais capturé par les Anglais sur la route, je ne reviendrai dans mon pays quand 1801.
A mon retour suis nommé général de division et gouverneur de Paris. Je suis écarté du poste par Napoléon lui-même qui m’envoie à Arras pour instruire le nouveau corps de grenadiers. Ayant fait savoir mon mécontentement, je suis exilé en 1805 comme ambassadeur au Portugal, mais je participe tout de même à la bataille d’Austerlitz.

Plus tard mon amitié avec un banquier me créer des problèmes et je suis de nouveau exilé en 1806, cette fois-ci comme gouverneur de Parme. J’ai pour mission de réprimer une insurrection en raison de l’instauration de la conscription. Je démissionne le 7 juin 1806 et de retour à Paris, je récupère mon poste de gouverneur militaire de Paris, mais mes écarts de conduite me font relever de mes fonction et je suis mis à la tête d’une armée destinée à l’invasion du Portugal en 1807.

Je m’empare de Lisbonne, suis fais duc d’Abrantès et nommé gouverneur de ce pays. Le Portugal aidé par l’Angleterre se révolte bientôt contre l’occupant. Quand les Britanniques arrivent en août 1808, je suis battu à la bataille de Vimeiro. Je me résigne à proposer une capitulation sans conditions et retourne en France. je suis envoyé en 1808 au second siège de Saragosse, et en 1809 je rejoins la Grande Armée et participe à la campagne d’Autriche. Je retourne dans la péninsule Ibérique en 1810 dans l’armée de Masséna et suis gravement blessé, avant d’être vaincu par le général Wellington.

Je fais la campagne de Russie, mais on me reproche d’avoir permis à l’armée russe de faire retraite après la bataille de Smolensk. Toutefois, à la bataille de la Moskowa, je commande le 8e corps avec professionnalisme. Ensuite je participe à toutes les batailles que je peux pour me racheter et essayer d’obtenir le bâton de maréchal, mais mon état de santé mentale décline.

En 1813, on me retire mon commandement et suis nommé gouverneur des Provinces illyriennes. De graves troubles du comportement prouve mon instabilité. Un soir, dans un excès de délire, je me défenestre et me fracture la jambe, puis je tente de m’amputer avec un couteau de cuisine. je perd mon poste de gouverneur. Puis Je succombe quelques jours plus tard du à l’infection de ma blessure le 29 juillet 1813.

Mon nom était Jean-Andoche Junot