Bonjour à tous, j‘espère que cet article vous plaira. Si tu es un grand passionné de Napoléon comme moi, alors je t’offre volontiers cette formation gratuite sur le siège de Toulon.

Dans ce deuxième épisode de la série sur la géopolitique européenne entre 1789 et 1815. Dans ce deuxième épisode nous allons nous intéresser à la Russie.

Naissance de la Russie

La Russie est un Etat assez jeune par rapport à la France ou au Saint-Empire romain germanique. La Moscovie est une principauté avec comme capitale Moscou, qui va à partir du XIVème siècle s’étendre et devenir la Russie. La Russie est donc isolé au cœur des steppes russes. Situé entre l’Europe et l’Asie, les différents souverain russes vont se tourner vers l’Europe car région du monde la plus développé à l’époque. La Russie voudra alors se rapprocher de l’Europe et même en faire partie.

C’est ainsi que Pierre Ier le Grand au prix d’une longue guerre avec la Suède, obtient un accès à la mer Baltique. Il fait construire Saint-Pétersbourg qui devient à compter de 1712 la nouvelle capitale, symbolisant ainsi l’ouverture du pays vers l’Europe. Cet accès à la mer est primordiale dans la géopolitique russe. Le commerce peut alors débuter avec l’Europe et le développement de la Russie avec.

Carte de Saint-Pétersbourg
Carte de Saint-Pétersbourg

Politiques Russe

Sentiment d’appartenance européenne

La première politique russe est donc le sentiment d’appartenance européenne. C’est d’ailleurs pour cela que tous les dirigeants russes vont vouloir s’étendre vers l’ouest, vers le cœur de l’Europe. En plus des guerres et extensions vers l’Europe, les russes ont eu en Allemagne, une politique similaire de l’Autriche en Italie du nord, c’est à dire une politique d’alliance matrimoniale avec les différents Etats allemand pour s’intégrer plus en profondeur en Europe.

L’accès aux mers chaudes

La deuxième politique russe, c’est la volonté d’accéder à la mer et plus tard aux mers chaudes. D’abord la volonté d’accéder à la mer avait été réalisé comme nous l’avons dis à Pierre le Grand avec le port de Saint-Pétersbourg. Mais cette ville est situé très au nord du pays, ainsi la mer et le port sont gelés une bonne partie de l’année, ce qui empêche tout commerce avec les européens. C’est ainsi que les russes vont vouloir accéder au mer chaude. Quand je parle de mer chaude je parle de mer plus chaude que la mer Baltique, c’est normalement pas difficile à trouver.

Sauf que les russes vont devoir conquérir et faire la guerre avec plusieurs pays pour arriver à leur fin et notamment l’empire Ottoman qui est une grande puissance à l’époque.
Catherine II va notamment faire la guerre aux Ottomans pour accéder d’abord à la mer noire, qu’elle atteint avec la conquête de la Crimée. Puis désire accéder à la mer la plus riche du monde, qui est la mer méditerrané. Mais pour cela elle doit s’emparer de la capitale de l’empire ottoman, Constantinople. Pour la petite anecdote, elle nommera son fils Constantin dans l’espoir un jour qu’il puisse gouverner Constantinople. Mais les russes n’y arriveront jamais car empêcher en plus des ottomans par les autres puissances européenne.

Catherine II de Russie
Catherine II de Russie

La Russie pendant la Révolution française

Membre de la deuxième coalition

Donc la Russie à deux grandes politiques, la première est de devenir une puissance européenne et la deuxième d’accéder aux mers chaudes pour développer son commerce.
La Révolution française va permettre à la Russie de s’immiscer dans les affaires européenne et pouvoir prétendre devenir une puissance européenne.
Les russes vont commencer à réellement intervenir contre la France en 1798, lors de la deuxième coalition. En effet l’expédition d’Egypte commandé par le général Bonaparte réveille les russes. La Russie, dirigée par Paul Ier, sent ses intérêts menacés par cette intrusion française en Orient. La Russie et l’empire ottoman signent un traité le 23 décembre 1798 selon lequel les ports et les détroits turcs sont ouverts aux navires russes. Une flotte russe franchit immédiatement les différents détroits entre la mer noire et la méditerranée afin de s’emparer des îles Ioniennes. L’influence russe en Méditerranée s’accroît encore puisque le tsar de Russie accepte, à la demande des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, d’être le protecteur de l’Ordre. Comme on peut le constater la politique d’accès aux mers chaudes est omniprésente.

Changement de décision

Le 29 décembre, une alliance est conclue entre la Grande-Bretagne, les Deux-Sicile et la Russie qui s’engage à intervenir en Italie pour faire disparaître les différentes républiques du nord de la péninsule. Mais furieux envers les anglais et les autrichiens qui ne le soutient pas assez aux Pays-Bas et en Italie, le tsar Paul Ier quitte la coalition. En 1800, il change de camp et se rapproche de la France, considérant la prise du pouvoir par Bonaparte comme un gage de stabilité. Le tsar sera assassiné en 1801 par des anti-français aidé par l’Angleterre.

De 1801 à 1804, le nouveau tsar Alexandre se contente d’observer les événements et la montée en puissance de Napoléon Ier. C’est l’exécution du duc d’Enghien qui le fait basculer dans le camp des ennemis de Napoléon.

Alexandre Ier
Alexandre Ier

La Russie pendant le premier Empire

En 1805, Alexandre Ier s’engage dans la Troisième Coalition dirigée contre l’Empire français. La Russie s’allie avec le Royaume-Uni. L’objectif des deux puissances est la libération du Hanovre, l’indépendance de la Hollande, le rétablissement du roi de Sardaigne sur le Piémont, l’entière évacuation de la péninsule Italienne. Le Royaume-Uni paierait 1,25 million de livres par an par manche de 100 000 soldats russes. Alexandre était entouré de partisans qui voulaient la guerre. De plus une victoire éclatante de son armée sur celle de la France, lui permettrait de réduire la domination française sur l’Europe en même temps que d’asseoir la sienne. Nous remarquons alors la volonté des russes de devenir une puissance européenne. Mais il est battue en affrontant les troupes de Napoléon Ier à Austerlitz.

La création de la confédération du Rhin et le frère de Napoléon, Joseph, qui devient roi de Naples est insupportable pour les autres puissances européennes. L’hégémonie française sur le continent favorise la création de la quatrième coalition, avec a l’intérieur la Russie. Mais encore une fois battu, le traité de Tilsit est signée. Ce traité est dévastateur pour les intérêts russe. La Russie se voit contraint d’arrêter le commerce avec l’Angleterre et de céder les îles Ioniennes. La création du Duché de Varsovie va éloigné et menacé directement le pays. Avec ce traité Napoléon va à l’encontre des deux politiques russes. On s’image alors déjà que le paix n’est que précaire.

Une Russie triomphante

Entre 1807 et 1812, le tsar gagnera la Finlande et la Bessarabie. En 1812, Alexandre Ier met fin au blocus continental de l’Angleterre, Napoléon envahie la Russie mais c’est un désastre. En 1813, il prend la tête de la Sixième Coalition réunissant les adversaires de la France, qui est finalement vaincue. Les troupes russes entrent en 1814 dans Paris. Au congrès de Vienne, l’Empire russe obtient le duché de Varsovie.
Alexandre Ier en 1815, il à l’origine de la Sainte-Alliance, destiné à faire régner l’ordre en Europe. Ce pacte marque l’intégration définitive de la Russie en tant que puissance européenne.